Univercells dans un consortium pour le développement d’un vaccin contre le Covid-19

Univercells dans un consortium pour le développement d’un vaccin contre le Covid-19

La biotech carolo Univercells a annoncé jeudi une collaboration stratégique avec les sociétés allemande Leukocare et italienne ReiThera pour le développement et la fabrication à grande échelle d’un vaccin contre le Covid-19.

Ce vaccin unidose est basé sur une technologie à base d’adénovirus utilisée par ReiThera, une biotech située près de Rome qui bénéficie d’un fort soutien du gouvernement italien. Etablie à Munich, Leukocare est de son côté une PME spécialisée dans les technologies de formulations de vaccins et de traitements.

Le rôle d’Univercells dans le consortium sera de soutenir, grâce à son expérience et sa technologie, la mise au point du vaccin contre le Covid-19 et éventuellement, d’assurer par la suite sa fabrication. « Il est prévu la possibilité pour Univercells d’être le producteur final du vaccin dans le cadre d’un futur accord de collaboration que l’on pourrait loger au sein de notre nouvelle filiale Exothera », souligne Hugues Bultot, le CEO d’Univercells.

Implantée dans le Biopark de Gosselies, Univercells a mis au point une plateforme et des bioréacteurs disruptifs pour la production à bas prix de vaccins et de vecteurs viraux pour les thérapies innovantes. Des instrument qui ont été développés notamment avec le soutien de la Fondation Gates, qui a octroyé par le passé trois subventions à l’entreprise. Elle vient de racheter, grâce à un coup de pouce financier de la Banque européenne d’Investissement (BEI) l’ancien site de Systemat à Jumet  pour y abriter sa filiale Exothera, une « CDMO », c’est-à-dire une société pharmaceutique qui développe et fabrique du matériel à façon.

« Univercells a pris une part active dans la création du consortium, dans la recherche de financements ainsi que dans l’organisation de l’étude clinique grâce à notre réseau, indique Hugues Bultot. C’est le partenaire italien qui assure la production des premiers lots cliniques qui vont être injectés aux patients à l’été 2020. Parallèlement à cela, nous faisons chez Univercells du développement de procédés. Nous transférons leurs procédés sur nos équipements. Les adénovirus sont en effet un des produits que l’on peut fabriquer sur notre bioréacteur Scale-X. Si je suis optimiste, c’est que ce sont les adénovirus qui ont résolu la crise d’Ebola. Il y a de la rapidité et ils créent une forte immunité, qui dure ».

Le consortium espère fournir pour le début 2021 quelque 6 millions de doses du nouveau vaccin. Celles-ci seront réservées à des personnes jugées prioritaires.  

Plus d’infos sur www.univercells.com

Source : « L’Echo »

A propos de l'auteur

Thierry Decloux

Graphic Designer | Webmaster