Télétravail obligatoire : le Codeco a privilégié la symbolique à la cohérence et à l’efficacité

Télétravail obligatoire : le Codeco a privilégié la symbolique à la cohérence et à l’efficacité

Comme elle l’avait annoncé depuis plusieurs jours, l’Union Wallonne des Entreprises regrette que la piste du télétravail obligatoire et généralisé ait été retenue par le Codeco de ce mercredi. Les conséquences sur l’économie, les entreprises, l’emploi et donc sur l’ensemble de la société, vont malheureusement s’inscrire dans la durée, alors que le bénéfice sanitaire de cette mesure est plus que probablement nul.

Les entreprises ne vivent pas en marge de la société. Les entrepreneurs sont avant tout des citoyens, responsables. Ils étaient bien évidemment conscients de la nécessité de mettre en place, de manière urgente, de nouvelles mesures afin de faire barrage à la nouvelle progression inquiétante des contaminations, de protéger les capacités des hôpitaux et de ne pas alourdir encore la charge du travail de tous les personnels de santé. Ils se félicitent qu’une partie des nouvelles mesures décidée ce mercredi contribue à atteindre cet objectif essentiel.

Mais, le télétravail obligatoire et généralisé, imposé aveuglément, n’a et n’aura, lui, aucun impact sur l’évolution de la pandémie. A aucun moment depuis mars 2020, les analyses scientifiques n’ont en effet révélé une hausse des contaminations sur les lieux de travail et ce n’était pas non plus le cas ces derniers jours. Rendre le télétravail obligatoire est donc une mesure inutile et aux effets indirects contre-productifs, à court, moyen et long terme. Il était parfaitement possible de poursuivre sur base des recommandations du Codeco puisque les entreprises respectent le guide sanitaire et que le télétravail n’a jamais cessé d’être fortement privilégié dans toutes les situations où il était possible.

Imposer le télétravail va dès lors entraîner une désorganisation importante de toutes les entreprises, avec des répercussions en cascade sur d’autres entreprises : aucune n’y échappe, quelle que soit sa taille ou son secteur d’activité.

Il est à craindre désormais que l’obligation de recourir au télétravail ne permette aucune avancée en matière sanitaire mais, au contraire, pénalise directement et indirectement l’activité économique. Avec, comme conséquence, un risque important pour les entreprises, leur activité, leur pérennité, et pour toutes celles et tous ceux qui y travaillent, en dépendent ou en vivent. « Une situation, comme le souligne Olivier de Wasseige,  qui nécessitera la mise en place de mesures de soutien longues et coûteuses…qui étaient parfaitement évitables ! Et je ne souhaite pas non plus passer sous silence l’impact important d’une telle mesure sur la santé mentale des collaborateurs. Il s’agit là d’un enjeu de première importance pour le bien-être de tous. C’est une réalité que je vis au sein de notre organisation ! »

Enfin, l’UWE est interpellée par le caractère asymétrique et donc le manque de cohérence des différentes mesures du Codeco. C’était la condition sine qua non pour en faciliter la lisibilité et augmenter l’adhésion de la population. Comme le souligne Olivier de Wasseige, « nous nous étions évidemment réjouis de la reprise des activités sociales, récréatives et sportives et nous soutenons tous les acteurs de ces secteurs. Mais, à force de multiplier des mesures spécifiques pour des situations particulières de la vie professionnelle, familiale et sociale, la population risque de ne plus comprendre la logique de ces décisions asymétriques et de ne plus adhérer à leurs objectifs. Ne pas imposer aveuglément le télétravail participait donc à ce devoir de cohérence ! »

 

A propos de l'auteur

Yves-Etienne MASSART

Marketing & Communication Manager