Les électeurs ont parlé, avançons !

Les électeurs ont parlé, avançons !

Ce 9 juin les électeurs wallons ont choisi un axe centre-droit pour le futur gouvernement wallon, soulignant ainsi l’importance des dossiers socio-économiques. Notre message : avançons car nous avons des défis à relever.

Tout au long des mois qui ont précédé les élections, toute l’équipe d’AKT for Wallonia a porté les messages de notre mémorandum auprès des candidats politiques. Rencontres, visites d’entreprises (voir par ailleurs), réseaux sociaux… Autant d’occasions pour faire entendre la voix des entrepreneurs et des entrepreneuses.

Le travail n’est pas fini, loin de là ! Au moment d’écrire ces lignes, le MR et Les Engagés ont entamé les consultations et le travail avec la société civile.

Le précédent gouvernement a dû faire face à de nombreuses crises – la pandémie, des inondations meurtrières, la guerre en Ukraine… – et s’est adapté pour soutenir la population et l’économie. Il fallait gérer les crises et cela a été fait. Aujourd’hui, il faut gérer les réformes. Car nous le savons toutes et tous, les prochaines années vont être cruciales.

L’emploi est un premier défi

Tout le monde connaît les chiffres : 200.000 demandeurs d’emploi pour 40.000 jobs disponibles. Derrière les chiffres, ce sont des entreprises, des écoles ou encore des hôpitaux où il n’y a pas assez de personnel pour faire tout le travail. Ce sont des projets stratégiques qui sont reportés, des marchés qui sont perdus, des opportunités d’investissement qui nous échappent… faute de personnel. Résoudre ce problème est une priorité : la Wallonie doit se donner les moyens d’amener et de garder les Wallonnes et les Wallons au travail.

La transition est le deuxième. Nous avons des ambitions climatiques fortes. Des agendas à respecter. Les entreprises ont d’ores et déjà entamé leur transformation. Cependant, les obstacles sont encore trop nombreux : politiques énergétiques changeantes, absence d’une feuille de route claire, procédures administratives longues et compliquées, investissements publics en attente de décision… C’est maintenant qu’il faut les lever pour atteindre nos objectifs climatiques tout en maintenant la compétitivité de nos entreprises. Comme le soulignait récemment Ilham Kadrim, CEO de SYENSQO, dans une interview accordée au Trends : « Décarbonation ne doit pas rimer avec désindustrialisation ».

Le mot est prononcé : « industrialisation ». Oui, c’est le troisième défi, nous ne pouvons pas nous contenter d’être leader européen de l’innovation, nous devons la transformer en activité industrielle locale, décarbonée et créatrice de valeur et d’emplois. Les différentes crises que nous venons de traverser ont rappelé que oui, nous devons nous réapproprier notre capacité à produire et transformer sur notre propre sol.

La Wallonie doit bien entendu retrouver une trajectoire saine de ses finances publiques et l’endettement doit être réservé aux investissements stratégiques pour l’avenir de notre région, de ses entreprises et de ses habitants.

Enfin, peu de tout ceci est possible sans une administration performante et partenaire de la dynamique de ces projets et de celles et ceux qui les portent.

Categories: Opinion

A propos de l'auteur