Baromètre 2020 de maturité numérique des entreprises wallonnes : qu’en retenir et comment agir ?

Baromètre 2020 de maturité numérique des entreprises wallonnes : qu’en retenir et comment agir ?

Ce vendredi 21 octobre, l’Union Wallonne des Entreprises participait à la présentation officielle des résultats du Baromètre de maturité numérique 2020 réalisé par l’Agence du Numérique et au lancement du Digiscore, un outil d’évaluation/comparaison/monitoring de la maturité numérique des entreprises. Que faut-il en retenir et comment agir ?

  • Constat général : l’évolution de tous les indicateurs est positive, mais la marge de progression reste importante.
  • Le recours massif à l’utilisation du DigiScore devrait permettre de monitorer de façon plus précise et suivie l’évolution de la maturité numérique des entreprises (et administrations) wallonnes.

C’est précisément ce que l’UWE a préconisé dans son Plan de Redéploiement  :

  • L’évaluation de la maturité numérique de l’entreprise/l’administration en elle-même : celle-ci passera par une sensibilisation à grande échelle au diagnostic numérique et à la nécessité d’évaluer et de positionner les organisations wallonnes au niveau de leur capacité à intégrer pleinement les technologies numériques dans l’ensemble de leur organisation et de leurs activités (cette notion étant souvent liée au terme de la «transformation digitale» d’une entreprise qui désigne l’utilisation de la technologie dans l’objectif d’optimiser les performances d’entreprise);
  • Le diagnostic des compétences numériques des collaborateurs de l’entreprise/l’administration : mesure du niveau de compétences numériques des travailleurs, couplée à la valorisation des efforts mis en place le cas échéant par les organisations en matière de transformation numérique et de formation de leur personnel aux soft et hard skills digitales et à une proposition de plan visant à réaliser des progrès en matière de digitalisation de leurs activités au cours des prochaines années.
    • L’analyse de la perception du numérique par les dirigeants montre par exemple une fracture numérique réelle pour près de 30% d’entre eux, toujours sceptiques face à la digitalisation et à ses opportunités pour leur entreprise.

Il faut poursuivre la sensibilisation des dirigeants aux opportunités du digital selon une approche globale. L’UWE s’engage à y continuer à contribuer activement, notamment au travers de programmes d’initiation et de partage d’expériences d’entreprises tels que celui dédié à l’industrie 4.0, organisé de façon conjointe par les fédérations sectorielles et les pôles de compétitivité wallons. 

  • Connectivité : 96% des entreprises sont connectées à Internet. Mais seules 21% des entreprises wallonnes sont totalement satisfaites de la qualité de leur connexion internet. La disponibilité encore insuffisante de la fibre optique à proximité des locaux des entreprises explique au moins en partie ce taux de satisfaction en demi-teinte. Dès lors, c’est la qualité de la connexion qui va devenir un atout compétitif majeur pour nos entreprises.

Il faut donc poursuivre des initiatives (telles que le plan Sofico) d’équipement des zonings en fibre optique et, plus globalement, le programme Giga Region de Digital Wallonia (pour lequel de nouveaux moyens sont dégagés pour 2020 et 2021). 

  • Industrie 4.0 : Au sein des secteurs industriels wallons, la présence de technologies caractéristiques de l’industrie du futur (intelligence artificielle, jumeaux numériques, AR/VR, IOT, robots de production, …) n’est pas significative puisqu’elle atteint au maximum 8% selon les technologies envisagées.

Il faut continuer à sensibiliser les entreprises manufacturières wallonnes au fait que devenir une usine du futur est une question de survie. Il est en effet prouvé que les entreprises manufacturières à la pointe de la transformation numérique en Belgique performent mieux que leurs homologues traditionnelles (valeur ajoutée : x2,7, productivité : x1,4 et emploi : x4,9). Le numérique est donc un vecteur de compétitivité, de croissance et d’emploi dans notre région ! Grâce à l’intervention publique, toute entreprise manufacturière wallonne peut bénéficier d’un accompagnement de 3 à 12 jours par des experts entièrement gratuit afin de développer un plan d’action adapté. Il serait fort dommage de s’en priver…

  •  Digital Marketing et e-commerce : 84% (+4) des entreprises wallonnes employant 10 travailleurs et plus, disposent d’un site web, ce qui correspond exactement à la moyenne nationale pour cette taille d’entreprises. Par contre, depuis 2014, l’AdN constate un faible taux de vente en ligne au sein des entreprises wallonnes. Le manque d’interactivité des sites web, le faible taux de suivi de leurs performances ou la part limitée du chiffre d’affaires qu’ils génèrent, montrent que nos entreprises ne tirent pas suffisamment profit de la croissance exponentielle de l’e-commerce.

Comme l’UWE l’a rappelé dans son Plan de Relance, il faut faire de l’e-commerce un moteur de relance du retail. La crise du Covid-19 a eu un fort impact sur le comportement d’achat des Belges : le nombre de first-time online buyers a augmenté dans toutes les catégories d’âge et pour quasiment tous les groupes de produits, et 30% des consommateurs disent qu’ils achèteront davantage en ligne à l’avenir. L’UWE a préconisé la mise en place rapide d’un dispositif d’accompagnement des entreprises de retail wallonnes pour leur permettre d’analyser les attentes réelles de leurs clients, les objectifs à se fixer et la stratégie à déployer (phygital, omnicanal, …) afin de saisir toutes les opportunités de l’e-commerce et de compenser les diminutions d’achats en magasin physique. C’est pourquoi l’UWE accueille positivement l’annonce que l’édition 2021 du programme Digital Commerce comportera un focus spécifique sur le passage à l’e-commerce.

  •  Cybersécurité : 38% des entreprises wallonnes ont déjà été victimes d’un incident ou d’une cyberattaque. Il s’agit d’un enjeu majeur pouvant impliquer des interruptions d’activités, la perte ou la divulgation de données sensibles. Or, nos entreprises sont encore trop peu soucieuses des risques en matière de sécurité, puisque seule une entreprise sur deux (54%) utilise un pare-feu pour protéger son réseau contre d’éventuelles intrusions malveillantes. De plus, seulement 64% protègent les ordinateurs par un mot de passe.

Comme l’UWE l’a rappelé dans son Plan de Relance, il faut prévenir les menaces de cybersécurité et accompagner les dirigeants d’entreprises et les collaborateurs dans les nouvelles façons de travailler à distance renforcées par la crise du Covid. Le programme Keep It Secure de Digital Wallonia visant à sensibiliser/informer et le dispositif des chèques cybersécurité pour la mise en action doivent être plus visibles auprès des entreprises. 

  • Formation : 46% des entreprises disent avoir un plan de formation au numérique. Mais concrètement, seulement 12% des employeurs ont formé au moins un collaborateur dans un domaine digital au cours des deux dernières années. Cela reste insuffisant pour rester en phase avec l’évolution technologique, d’autant qu’en temps de crise, ce sont souvent les ressources humaines et en particulier, la formation qui sont rationalisées en priorité.

Comme l’UWE l’a préconisé dans son Plan de Redéploiement, il faut renforcer la place de la formation au numérique dans les entreprises. C’est pourquoi l’UWE s’associe au plan d’upskilling des travailleurs qui sera déployé en 2021 par Digital Wallonia pour augmenter l’employabilité et l’adaptabilité au changement de la force de travail.

  •  A noter que le Baromètre a été réalisé juste avant la crise du covid. Une mini-enquête complémentaire menée par l’AdN au mois de juin a montré que 26% des entreprises considèrent que la crise leur aura permis une meilleure utilisation des outils numériques par le personnel. Parmi les 40% d’entreprises fermées, les dirigeants considèrent également que cette crise les a amenés à davantage s’informer ou à se former en matière de numérique. D’autres considèrent qu’une présence accrue du numérique aurait peut-être (7%) voire certainement (2%) permis de conserver un certain volume d’activité pendant la crise. La crise du Covid a mis en lumière l’utilité du trio « e-working, e-shopping, e-learning ». Il convient toutefois de rester prudent : il s’agit d’une utilisation de technologies existantes sous la contrainte de la pandémie, sans préparation préalable des ressources humaines, et pas encore d’un véritable saut technologique durable.

Mobilisons-nous pour faire du numérique une priorité à tous les niveaux dans notre région !

Retrouvez les résultats complets du Baromètre 2020 de maturité
numérique des entreprises wallonnes sur www.digitalwallonia.be

Mesurez votre maturité numérique à l’aide du DigiScore sur :
digiscore.digitalwallonia.be

A propos de l'auteur

Lisa LOMBARDI

Conseillère Entrepreneuriat | PME | Numérique