Sections
Vous êtes ici : Accueil Presse L'UWE dans la presse L'UWE DANS LA PRESSE | "Le choix d'études des jeunes reste décalé face au marché de l'emploi"
Actions sur le document

L'UWE DANS LA PRESSE | "Le choix d'études des jeunes reste décalé face au marché de l'emploi"

Par webmaster - — 08/06/2017 09:52

Les filières connues pour être porteuses d'emplois restent boudées par les jeunes qui fréquentent l'enseignement technique et professionnel. Un problème soulevé par Jean de LAME, Directeur du Département «Emploi-Formation» de l'UWE, dans les colonnes du journal «L'Echo» du 7 juin...

"Les jeunes doivent prendre garde, dans leur orientation, aux taux d'insertion suivant les filières, insiste-t-il. Toutes les branches scientifiques, les ingénieurs, les techniciens, les mathématiciens, sont les plus demandées sur le marché de l'emploi. Or, la moitié des jeunes inscrits dans les études de technique de transition sont dans les branches sociales. Nous ne nions pas l'importance d'avoir des aides familiales ou des puéricultrices, mais on manque de jeunes s'orientant vers les autres branches... Et oui, c'est un problème... Pour mettre en oeuvre la 4e révolution industrielle en Wallonie, on a besoin de techniciens qualifiés".

Jean De Lame attire aussi l'attention sur le niveau de l'enseignement qualifiant : "Regardez en Allemagne, les exigences de qualification deviennent de plus en plus importantes, on demande des connaissances très pointues". Et de constater pourtant que le monde enseignant ne s'approprie pas très vite le travail réalisé par le service des métiers et des qualifications (SFMQ), ce service qui permet d'ajuster les formations afin qu'elles collent au mieux aux réalités des entreprises.

Au sein de la chambre des métiers du SFMQ en effet, les entreprises exposent leurs attentes en matière de qualification pour les différents métiers. La chambre des formations traduit cela en profils de formation, qui sont ensuite traduits en CPU (Certifications Par Unités). "Cela n'a été fait que pour 6 domaines sur 40... En 2018, on en ajoutera à peine 10. On ne sera toujours pas à la moitié...", regrette Jean De Lame, craignant que ce retard n'aggrave le décrochage des connaissances par rapport aux métiers visés.

Et à la question de savoir si le Pacte d'excellence, qui prévoit une réforme de l'enseignement qualifiant, pourra sauver les choses, Jean De Lame répond : "Il prévoit une réforme du qualifiant, oui. Mais il faudra attendre 10 ans pour la voir arriver, ce n'est que pour... 2028. C'est lent, trop lent".

[L'ECHO, 07/06/2017]