Le «Point Conjoncturel» de l’UWE

Back to homepage Le «Point Conjoncturel» de l’UWE

Le «Point Conjoncturel» de l'UWE

Le «Point Conjoncturel», publié par l’Union Wallonne des Entreprises, paraît deux fois par an, au printemps et en automne. Il synthétise les dernières évolutions conjoncturelles de l’économie wallonne, replacées dans le contexte international.

Des données statistiques confrontées au terrain, puisqu’elles sont étayées par une enquête conjoncturelle menée auprès des entreprises wallonnes.

Comment se procurer ce document ?

Le «Point Conjoncturel» (12 pages) est disponible en version papier sur simple demande (010/47.19.44) ou via le formulaire de commande en ligne (à droite).

Les différentes éditions sont également téléchargeables au format PDF via les onglets ci-contre.

Des questions ? Des suggestions ?

Coup de frein sur l’optimisme !

Contre les attentes, l’économie wallonne a connu un ralentissement au cours du premier semestre 2018, suivant en cela le mouvement européen et mondial.

Cet ajustement ne devrait pas se poursuivre. La croissance se stabiliserait tant en Europe, qu’en Belgique et en Wallonie.

Mais la probabilité que ce scénario central doive être revu à la baisse a augmenté. Les années de croissance «tranquille» sont derrière nous.

La Wallonie sur de bons rails

Selon l’enquête UWE menée auprès des chefs d’entreprise wallons, l’économie wallonne bénéficie pleinement de la période actuelle de haute conjoncture de l’ensemble des économies mondiales, bien que cette dernière atteigne peut-être un palier.

C’est le moment, pour l’ensemble des acteurs wallons, de transformer cette embellie conjoncturelle en un redressement sur le moyen terme.

Nouvelle progression de l’activité en Wallonie

L’enquête UWE menée auprès des chefs d’entreprise wallons donne un message clair : l’activité économique wallonne se renforce. Cette tendance se confirme par la bonne orientation de plusieurs facteurs : le climat des affaires européen, la croissance des échanges commerciaux, la hausse de l’emploi, l’augmentation du pouvoir d’achat et donc de la consommation.

Néanmoins, le raffermissement de la croissance wallonne peut être entravé par le manque de main-d’œuvre qualifiée et le prix de l’énergie. Il est donc impératif que des mesures soient prises pour atténuer ces deux points noirs.

Regain de confiance des entrepreneurs wallons

Les résultats de l’enquête UWE menée auprès des chefs d’entreprise wallons témoignent de perspectives plutôt encourageantes pour l’économie wallonne. Cette tendance est soutenue par le raffermissement très graduel du climat des affaires européen et mondial.

Mais ce climat reste sous la menace de grandes incertitudes : échéances politiques dans différents pays européens, Brexit, Trump, Grèce.

Stabilisation de la croissance en 2016 et 2017

Rien de neuf sous le soleil : les économies européennes semblent comme «scotchées» à une croissance aux alentours de 1,5% pour 2016 et 2017. Demande insuffisante, plafond structurel ? La réponse n’est pas tranchée, conduisant à un immobilisme des politiques économiques.

Selon l’enquête UWE, en Wallonie non plus les perspectives ne décollent pas. Les mesures en faveur de la compétitivité, toutefois contrebalancées par une faible productivité, devraient maintenir la croissance wallonne légèrement en-dessous de 1,5%.

La reprise, c’est toujours pour demain !

Une reprise forte de l’activité économique se fait toujours attendre.

Certes, la croissance a été positive en 2014 et 2015, mais elle plafonne à un niveau très modéré, proche des 1,5%, un peu partout en Europe.

Le manque de confiance se fait sentir jusqu’en Wallonie, où les chefs d’entreprise n’envisagent qu’une amélioration très légère de leurs perspectives d’activité dans les prochains mois.

Dans ce contexte conjoncturel inédit, ne serait-il pas temps de stimuler l’activité économique au travers de l’investissement public ?

Éclaircie en Wallonie dans le brouillard ambiant ?

Ce second Point Conjoncturel de 2015 offre un constat assez singulier.

D’une part, selon l’enquête semestrielle menée par l’UWE, les chefs d’entreprise wallons affichent un regain d’optimisme. D’autre part, les indicateurs de conjoncture se montrent plus prudents et laissent même entrevoir un certain plafonnement de la reprise, déjà modérée.

Peut-on conclure que l’économie wallonne pourrait afficher de meilleures performances que ses voisins ? Affaire à suivre…

Un redémarrage fastidieux

La sortie de crise est longue, c’est un fait. Car aujourd’hui, d’une reprise solide il n’est pas encore question. Si les indicateurs sont dans l’ensemble plutôt bien orientés, les tendances restent très faibles et fragiles. La forte baisse du prix de l’énergie, de même que celle de l’euro aura cependant un effet positif sur l’activité des entreprises wallonnes.

De plus, l’annonce récente par la BCE d’une politique monétaire plus expansionniste va évidemment soutenir la croissance, mais n’apportera pas toutes les réponses aux défis auxquels est confrontée l’économie wallonne. Dans ce contexte, les entrepreneurs wallons affichent un optimisme prudent.