Olivier de Wasseige : « Le Ceta est une opportunité pour redorer l’image de la Wallonie au Canada »

Olivier de Wasseige : « Le Ceta est une opportunité pour redorer l’image de la Wallonie au Canada »

En marge de la visite d’Etat du Roi au Canada à laquelle il participe, Olivier de Wasseige, Administrateur Délégué de l’UWE, vante les mérites de l’accord commercial Canada-UE.

A cette occasion, il a accordé une longue interview à La Libre, publiée dans l’édition de ce mercredi 14 mars. Il y évoque son souhait d’une ratification rapide des textes par les autorités politiques wallonnes afin que l’accord sorte pleinement ses effets. Il estime que le débat politique a permis de poser les bonnes questions et il avoue être aujourd’hui rassuré par rapport aux points de blocage, notamment à propos du respect des droits sociaux ou environnementaux.

Pour Olivier de Wasseige, le Ceta va clairement faciliter les échanges entre nos deux pays. « Facilitations sur les taxes de douane et sur les droits de propriété intellectuelle, simplifications administratives… Un exemple : dans le secteur du textile, il y a une suppression de 14% des droits de douane sur des tapis. Globalement, on estime que les échanges bilatéraux pourraient croître de 20% par an. Des tas de PME wallonnes bénéficient déjà aujourd’hui de la suppression de taxes à l’entrée. On a souvent dit que «Ceta = grandes entreprises». Non. Un grand nombre de petites entreprises s’y retrouvent aussi. Et on sait que le tissu économique wallon est constitué de beaucoup de très petites entreprises. Ça ne peut être que bénéfique« . a-t-il déclaré à La Libre.

Quant à la concurrence, il reconnait que « Certaines importations canadiennes, c’est vrai, vont créer une concurrence, mais ça ne peut être qu’une émulation positive. En revanche, le Ceta va bénéficier aux investissements canadiens en Belgique. Or on sait qu’on a besoin, en Wallonie, d’investissements étrangers qui vont créer beaucoup d’emplois« .

Au cours de l’interview, il s’est également exprimé sur les mécanismes d’arbitrage, sur la perception de la Wallonie à l’étranger depuis le changement de majorité et sur les dossiers développés par le nouveau gouvernement. Il s’est notamment félicité du lancement du plan wallon d’investissements, une demande de longue date de l’UWE.